LA MÉDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE
dans la pratique quotidienne d’une clinique vétérinaire canine.

Les médecines alternatives, ou non conventionnelles s’appuient sur une approche globale du patient.
L’acupuncture est la thérapeutique de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), la plus connue en occident.
L’acupuncture rencontre un vrai engouement des patients .C’est une thérapie qui a un réel intérêt et une efficacité redoutable, mais aussi, bien sûr, ses limites.
Avec le temps, elle a trouvé sa place aux côtés de techniques modernes, et loin de s’opposer, médecine moderne, et MTC s’enrichissent mutuellement en aiguisant le sens clinique du praticien.
La Médecine Traditionnelle Chinoise est une médecine à part entière, avec sa physiologie, ses pathologies, sa sémiologie et ses thérapeutiques.

- Peut-on soigner les animaux grâce à la MTC ?
- Les approches diagnostics sont-elles les mêmes ?
- Quelles pathologies chez les animaux traités avec la MTC ?
- Les trajets des méridiens et les localisations des points, comment faire ?
Voilà quelques questions auxquelles un vétérinaire praticien, titulaire du DATC (Diplôme d’Acupuncture Traditionnelle Chinoise), qui pratique quotidiennement, et presque à plein temps la MTC dans la clinique canine où il exerce, va tenter de répondre.

Les connaissances de la physiologie et de la pathologie enseignées à l’école vétérinaire et celles apprises dans le cadre de la formation en MTC (diplôme DATC,), loin de s’opposer, se nourrissent l’une de l’autre.

Par exemple, les laboratoires vétérinaires nous proposent des chélateurs du phosphore intestinal pour aider les insuffisants rénaux ; ces médicaments en permettant l’élimination du phosphore par la voie digestive aide le Rein déficient de l’animal qui souffre d’insuffisance rénale. Des aliments pour les chiens, permettent le développement d’une flore , dans le gros intestin, flore avide d’azote , qui en augmentant l’élimination digestive de l’azote encore une fois, permettent de soulager le travail du Rein ,dans son rôle d’élimination de l’urée. Dans ces deux exemples, les connaissances modernes de la physiologie et de la pathologie et des traitements de l’insuffisance rénale rejoignent les connaissances millénaires de la MTC, en mobilisant finalement l’énergie du Gros Intestin, pour aider le Rein.

La physiologie énergique de la MTC nous enseigne que le R peut être aidé par l’Energie de la Vessie, mais aussi l’Energie du Gros Intestin. Le Gros Intestin, comme le Rein, permet la récupération de l’eau, et l’élimination des déchets.
MTC et connaissance moderne de la physiologie du Rein se rejoignent dans ce cas.
Les exemples sont nombreux montrant des liens entre la physiologie énergétique enseignée par la MTC, et les connaissances modernes de la pathologie.
Ces exemples montrent bien, comment les connaissances allopathiques et MTC s’enrichissent mutuellement.

 

Méthode de calculs des distances (cun)

 

Les différences anatomiques entre les animaux et l’homme, en particuliers le nombre de doigts, un seul doigt chez le cheval, et le nombre de vertèbres, 18 thoraciques chez le cheval, 13 thoraciques chez le chien,… ces différences interdisent une juxtaposition des localisations des points de l’homme sur l’animal.

Les vétérinaires ont ainsi créé, si on peut utiliser ce terme, non pas des points supplémentaires mais des points primes, correspondant aux vertèbres supplémentaires, par rapport à l’homme.

 

Trajet du Vaisseau Gouverneur chez le chien – Localisation de Bai Hui

 

On retiendra aussi qu’on trouve le point Bai Hui situé à la jonction lombo-sacré, dans l’espace, assez facile à localiser entre les apophyses épineuses de la dernière lombaire et de la première vertèbre sacrée.

L’approche MTC du patient finalement très moderne, s’inscrit dans une médecine d’avenir qui peut s’intégrer dans une équipe pluridisciplinaire de vétérinaires regroupant différentes spécialités,
chirurgie, dermatologie, médecine interne, gynécologie, ophtalmologie, …
La MTC replace le vétérinaire au cœur de son métier comme diagnosticien et comme thérapeute.
Les analyses de laboratoires, les examens d’imagerie servent à confirmer le diagnostic clinique, et ne sont pas les fondements du diagnostic.
Les traitements demandent sa compétence, sa capacité d’écoute et de ressenti, son expérience de toucher des pouls, associés à ses connaissances de vétérinaire allopathe, des pathologies des animaux de rentes de loisir ou de compagnie.
Les deux approches, allopathique et MTC se nourrissent l’une de l’autre, plutôt que s’opposer l’une à l’autre, comme nous l’avons déjà écrit.
Les pathologies de races, par exemple, en particulier entraînant des désordres de la peau, oriente le praticien vers un examen de l’énergie du Rein.

 
 Lésions de dermatite chez un West Highland Terrier

Lésions de dermatite chez un West Highland Terrier

 

Il faut bien dans ce cas faire un examen clinique, un raclage de la peau, voir une biopsie, effectuer un cliché radiologique des poumons pour poser le diagnostic.
Le diagnostic MTC ne se fonde pas sur des examens modernes du patient, comme des biopsie ou de techniques d’imagerie, mais ne les excluent pas.
Les maladies auto-immunes de plus en plus souvent diagnostiquées sont abordées autrement grâce à la MTC, en évitant le recourt à la corticothérapie et à tous ses effets secondaires néfastes.

 
 Lésions de dermatose auto-immune autour des narines (sur le trajet du méridien du Gros Intestin) diagnostiquée chez un berger australien

Lésions de dermatose auto-immune autour des narines (sur le trajet du méridien du Gros Intestin) diagnostiquée chez un berger australien

 

L’arsenal thérapeutique vétérinaire, qui est de plus en plus vaste, et de plus en plus efficace, trouve pourtant ses limites et les approches diagnostiques et thérapeutiques MTC peuvent permettre d’aller plus loin dans les traitements.

Le diagnostic

Poser le diagnostic passe par les différentes étapes très classiques d’un examen clinique.
Le patient animal ne pourra pas bien entendu, nous fournir autant d’information qu’une personne, … par exemple, simplement l’endroit exact de la douleur,
L’anamnèse, les éventuels examens complémentaires qui sont disponibles, analyses de sang, radios, scanner, examen de l’animal en station, et au pas, voir au trot.
Puis le praticien passe à un examen de la peau, qui permet d’observer des rougeurs, verrues, dépilations, zone de grattage…

 Lésion visible sur le trajet du méridien Triple Réchauffeur- Patte antérieure d’un beauceron

Lésion visible sur le trajet du méridien Triple Réchauffeur- Patte antérieure d’un beauceron

Il pourra déjà observer si les lésions de la peau correspondent aux trajets de tel ou tel méridien.
Puis on examinera les pouls, on pratiquera une palpation des vertèbres, des organes, viscères… et aussi des points d’acupuncture, bien entendu.

 
 Technique de prise de pouls chez le chien

Technique de prise de pouls chez le chien

 

La palpation des vertèbres, des organes, viscères, des méridiens, des points, … sont à la base du diagnostic, même si les informations données par la palpation ne sont qu’un élément supplémentaire pour préciser un diagnostic et ne constitue pas seule un signe formel de l’atteinte.
Les douleurs des genoux ou des coudes nous invitent à palper les différents points He, et les douleurs jarrets ou carpes, nous orienterons plutôt sur l’examen des points Yuan.

Parfois il est possible de superposer le point en dysfonction et la lésion visible à la radio.

 
image8
 

Les analyses statistiques des pathologies font ressortir des tendances par espèces.

Par exemple chez les chats, nous trouvons beaucoup de pathologies de l’élément métal, de l’asthme, des infections des griffes, de la constipation, de la dermatite milliaire, des gingivites très graves, sans traitement efficace, avec des chutes des dents, une mauvaise odeur de la bouche, comme si la bouche pourrissait, même chez des animaux jeunes,…
Lorsque le praticien aura su trouver une cohérence entre les différents symptômes, il pourra en conclure un diagnostic.
Un autre élément à prendre en compte et le diagnostic thérapeutique.
En fait si le patient va mieux, si les dysfonctions détectées à la palpation ont disparues, si les pouls sont dans la normalité, c’est que le diagnostic, et le traitement associé étaient justes.
Le cout d’un traitement, qui reste à la charge du propriétaire de l’animal, même si les assurances médicales pour les animaux se développent, impose au praticien des résultats rapides et visibles, en quelques semaines.

Les pathologies en MTC

Pour le grand public, en tout cas, pour les propriétaires d’animaux, la MTC reste à ce jour, et à tord une médecine de deuxième intention.
C’est à dire que les animaux nous sont présentés lorsque les autres traitements n’ont pas donné satisfaction. Il s’agit donc en général de cas lourds et chroniques.
Cette tendance, de cas lourds et chroniques, semble diminuer avec le temps, et nous recevons en consultation de plus en plus de cas, plus bénins, dès l’apparition de premiers symptômes. D’ailleurs nous proposons à nos patients des traitements MTC, lorsqu’ils nous présentent leurs animaux, même s’ils ne sont pas venus dans ce but.
Dans notre clinique vétérinaire, nous recevons statistiquement, surtout des animaux souffrants de problèmes locomoteurs, présentant des boiteries ou de l’arthrose liée à l’âge.
Nous recevons également beaucoup de pathologies neurologiques, comme des animaux souffrant d’hernies discales et présentant de la paralysie, ou des animaux souffrant d’ataxie, ou de crise épileptiforme…
Nous voyons aussi des cas de dermatologie, et l’approche terrain , Médecine Chinoise , l’approche globale , montre souvent une efficacité bien meilleure que les traitements médicamenteux , …qui débouchent sur une antibiothérapie et une corticothérapie longue, couteuse et avec des effets délétères pour les patients.
En pédiatrie les animaux sont présentés pour des problèmes de croissance, en particulier les très grandes races, pour des déviations des aplombs des problèmes d’allures, ou de testicules ectopiques par exemple…
Les propriétaires nous présentent souvent des dossiers médicaux volumineux, avec des résultats d’analyses de sang, des clichés radiologiques, ou échographiques, des images de scanner…
La MTC, une médecine d’avenir, proche du patient, nous a apporté beaucoup dans notre pratique quotidienne, un véritable souffle nouveau.
Rapport bénéfice risque élevé, domaine d’application vaste, demande croissante des patients, alternative à des traitements lourds, la Médecine Traditionnelle Chinoise en réunissant tous ces atouts, est en mesure de prendre toute sa place dans nos cliniques vétérinaire modernes , comme une médecine d’avenir.
La MTC nous a révélé des gisements de richesses thérapeutiques, scientifiques, culturelles, économiques,… à notre portée, pour le bien être de nos patients et de leur propriétaire.

Dr Michel Bolzinger

 

Bibliographie

  • Cours de médecine traditionnelle chinoise IMAOV
  • Guide Pratique D'acupuncture Du Chien Et Du Chat Philippe Zeppa - Editions Med'com
  • Les principes fondamentaux de la médecine chinoise – Giovanni Maciocia – Editions Satas
  • Précis d’acupuncture chinoise - Editions Dangles
  • Traité d’acupuncture vétérinaire - Frédéric Molinier – Editions Phu Xuan
  • - XIE’S VETERINARY ACUPUNCTURE EDITED BY Huisheng Xie Vanessa Preast ILLUSTRATED BY Zhen Zhao