PERCEPTION DE LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES PROPRIETAIRES

Heuberger R et al.

Companion animal owner perceptions, knowledge, and beliefs regarding pain management in end-of-life care.

Top Companion Anim Med 2016; 31(4): 152-159

Steagall PV et al

Perceptions and opinions of Canadian pet owners about anaesthesia, pain and surgery in small animals.

J Small Anim Pract 2017; 58(7): 380-388.


Simon B et al

Perceptions and opinions of pet owners in the United States about pain management, anesthesia, and surgical pain in dogs and cats

Vet Anaesth Analg 2017; 44(5): 1262.e1263.


3 articles provenant de différentes régions des États-Unis et du Canada ont compilé l'opinion des propriétaires d'animaux de compagnie sur la gestion de la douleur lors des soins de fin de vie, lors d'anesthésie chirurgicale et l'analgésie post-chirurgicale.
Les données ont été obtenues en distribuant des enquêtes qui ont été créées par des groupes d'experts, et les résultats ont été analysés par plusieurs méthodes statistiques.

L’article de Heuberger porte sur l’attitude des propriétaires à l'égard des soins de fin de vie, sur la qualité de vie de leur animal et sur la gestion de la douleur.
Les participants (n = 986) ont été recrutés via les médias sociaux dans les états du Michigan et du Colorado aux États-Unis.
Les propriétaires ont estimé que l'euthanasie d'un animal de compagnie souffrant une douleur non atténuée par les analgésiques était appropriée (87%).
Les propriétaires qui possédaient plusieurs animaux de compagnie (chats et chiens) et les propriétaires qui avaient précédemment possédé un autre animal montraient de plus grandes préférences (p <0,05) pour l'euthanasie d'un animal de compagnie souffrant de douleur non atténuée.

L'article de Simon a évalué les attitudes des propriétaires à l'égard de la douleur chirurgicale, de la gestion de la douleur péri-opératoire et de l'anesthésie.
8 hôpitaux vétérinaires au Texas, à Washington DC, en Floride, en Oregon et au Massachussets ont chacun distribué 200 enquêtes.
Le taux de réponse était de 948 questionnaires remplis sur 1600 (60%).

Les propriétaires ont rapporté que la prescription d’analgésiques lors d’interventions chirurgicales étaient «toujours nécessaires» plus fréquemment que pour lors d’affections médicales.
Avoir des informations concernant la récupération de l’animal après la chirurgie (99%) et avoir l'assurance par le vétérinaire que l'animal a une gestion adéquate de sa douleur (98%) étaient considérés comme importants ou très importants pour les propriétaires.
La plupart des propriétaires étaient d'accord pour dire que la douleur affecte la qualité de vie des animaux (81%) et que la douleur affecte les interactions de l’animal avec la famille et avec les autres animaux domestiques (73%).
Les personnes sondées plus âgées (> 46 ans), les femmes, les propriétaires qui avaient eux-mêmes subi une chirurgie ou qui avaient un animal de compagnie qui avaient subi une chirurgie et ceux qui travaillent dans les professions de santé comprenaient mieux la douleur.

Le papier Steagall est de conception identique au papier Simon.
6 hôpitaux vétérinaires canadiens au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, à l'Île-du-Prince-Édouard et à Calgary ont chacun distribué 200 questionaires.
Le taux de réponse était de 849 questionnaires complétés sur 1200 (70%).
Les propriétaires ont rapporté que les analgésiques pour les interventions chirurgicales étaient «toujours nécessaires» plus fréquemment que les analgésiques pour les conditions médicales.
La plupart des propriétaires étaient d'accord pour que la douleur affecte la qualité de vie (94%) et affecte le comportement de leur animal de compagnie (90%).
La plupart des répondants (69%) étaient des femmes et étaient significativement plus préoccupées que les hommes par l'anesthésie, la douleur et la communication avec le vétérinaire.
Les propriétaires de chats pensaient que les analgésiques étaient plus souvent nécessaires pour certaines procédures que les propriétaires de chiens.
Les propriétaires d'animaux de compagnie qui avaient eux-mêmes subi une chirurgie auparavant étaient plus souvent d'avis que «la douleur après la chirurgie peut être utile» et que «la douleur chez les animaux est facile à reconnaître» par rapport aux propriétaires qui n'ont pas eu de chirurgie précédente.

☞ Tous les articles montrent que les propriétaires de diverses régions d'Amérique du Nord sont préoccupés par la douleur et veulent des analgésiques appropriés pour leurs animaux de compagnie pendant et après la chirurgie.

☞ Certains sous-groupes de propriétaires tels que les femmes, les propriétaires d'animaux qui ont eux-mêmes subi une chirurgie ou ont eu des animaux de compagnie qui ont subi une chirurgie, et les propriétaires des chats sont plus préoccupés par une analgésie adéquate que les autres propriétaires (par exemple les hommes).

☞ Tous les auteurs ont conclu qu'une meilleure communication sur l'utilisation des analgésiques est nécessaire, qu’elle peut être améliorée et qu’elle conduira à une plus grande satisfaction de la clientèle.