DURÉE OPTIMALE DES OPIOÏDES EN POST-OPÉRATOIRE


Rebecca E. Scully et al.

Defining Optimal Length of Opioid Pain Medication Prescription
After Common Surgical Procedures

JAMA Surg.
 Published online September 27, 2017.


 

Cliquez dessus pour agrandir

 

Aux États-Unis, la sur-prescription de médicaments contre la douleur a été impliquée comme un moteur de l'épidémie croissante de surconsommation d'opioïdes.
Cependant, peu de directives existent concernant la pertinence des prescriptions d’opioïdes pour lutter contre la douleur après une chirurgie.
Les recommandations actuelles de l'American Pain Society et d'autres se concentrent sur la gestion adéquate de la douleur après une intervention chirurgicale. Mais elles ne disent que peu de choses sur la longueur optimale des prescriptions d’opioïdes en chirurgie ambulatoire.
Par conséquent, les auteurs de cet article ont voulu décrire des schémas de prescription d'opioïdes après des interventions chirurgicales courantes, et déterminer la pertinence des prescriptions ainsi que le taux de renouvellement d’ordonnance.


Cet article est intéressant car il montre pendant combien de temps les patients humains reçoivent des opioïdes après une chirurgie – la durée de traitement est beaucoup plus longue que ce que nous prescrivons nos patients animaux.
Les auteurs ont examiné les ordonnances du personnel militaire naïf aux opioïdes (aucune utilisation d'opioïdes en un an) pour 8 opérations courantes au cours de la période de 2005 à 2014.
L'âge médian était de 40 ans, 50% d'hommes, et ils ont été regroupés selon 8 procédures chirurgicales courantes.

Ces procédures pourraient être classées en 3 types de chirurgie.

1. Une procédure de chirurgie générale (cholécystectomie, appendicectomie ou réparation d'une hernie).

2. Une intervention orthopédique (réparation du ligament croisé, réparation de la déchirure de la coiffe des rotateurs ou discectomie).

3. Une procédure gynécologique (mastectomie ou hystérectomie).

Les patients ont été exclus s'ils avaient été traités avec des narcotiques au cours des 6 derniers mois et s’ils avaient reçu des ordonnances pour un traitement de plus de 30 jours. Comme on peut s'y attendre pour un groupe de militaires, il y avait peu de comorbidités (ex hypertension, coronopathie).
Les auteurs ont examiné 215 140 patients soit 50% de la cohorte initiale après exclusions.
Voici ce qu'ils ont trouvé :

La durée moyenne d'une ordonnance variait selon le type d'intervention chirurgicale allant de 4 à 7 jours. Des prescriptions de 4 jours ont été données pour l'appendicectomie, la cholécystectomie, la réparation du ligament croisé antérieur, la réparation de la coiffe des rotateurs et l'hystérectomie. La réparation de la hernie et la mastectomie avaient une durée moyenne de prescription de 5 jours et une discectomie de 7 jours.

  1. Les renouvellement d’ordonnance ont été stratifiées en fonction de la durée de la prescription dans l'ordonnance initiale. Autrement dit, une ordonnance d'une journée était renouvelée 43% du temps, tandis qu'une ordonnance de 14 jours était renouvelée beaucoup moins fréquemment. Les taux de renouvellement d’ordonnance variaient également avec la procédure de 10,7% pour les interventions chirurgicales générales avec prescription initiale de 9 jours, 32,5% pour les procédures orthopédiques avec prescription initiale de 15 jours et 16,8% pour les procédures gynécologiques avec prescription initiale de 13 jours.

Les auteurs ont conclu que la durée optimale de la prescription d'opioïdes après des interventions chirurgicales courantes se situe vraisemblablement entre la longueur médiane de la prescription et le nadir précoce dans la probabilité de renouvèlement modélisée.
☞  Ceci est de 4 à 9 jours pour les procédures de chirurgie générale, de 4 à 13 jours pour les procédures gynécologiques chez la femme, et de 6 à 15 jours pour les procédures musculo-squelettiques.
 

Quelle est la durée de prescription d’opioïde chez nos patients ?
Utilisons-nous les molécules adéquats ?

La durée de prescription est beaucoup plus courte qu’en médecine humaine, est-ce simplement par habitude ?
Est-ce basé sur des données factuelles ?
Ou est-ce parce que nous ne savons pas reconnaître la douleur chez nos patients ?
Ces réflexions soulignent l'importance d'utiliser une échelle de douleur pour mesurer la réponse aux médicaments.

Les auteurs ont considéré qu'une durée de 7 jours de prescriptions initiales d'opioïdes était adéquate pour de nombreuses procédures générales et gynécologiques communes (que faisons-nous pour les ovariohystérectomies?).
Mais pour les patients subissant des interventions orthopédiques et neurochirurgicales, une prescription de seulement 7 jours peut être inadéquat dans la gestion de la douleur.
Il semble que les procédures orthopédiques et neurochirurgicales nécessitent 14 jours d'opioïdes.