Utilisation de lidocaïne en perfusion continue chez le lapin.

Schnellbacher RW, Divers SJ, Comolli JR, et al. Effects of intravenous administration of lidocaine   and buprenorphine on gastrointestinal tract motility and signs of pain in New Zealand White rabbits after ovariohysterectomy. AJVR. 2017; 78(12): 1359-1371.

Rabbit.jpg

Introduction

Si un certain nombre d’études pharmacocinétiques sont aujourd’hui disponibles chez le lapin concernant des molécules analgésiques, il existe très peu d’études pharmacodynamiques. Nous manquons donc encore aujourd’hui de données pour concevoir nos protocoles analgésiques dans notre pratique de tous les jours. La lidocaïne, utilisées en perfusion continue, a été étudiée dans la gestion de la douleur postopératoire chez l’homme, le chien et le cheval et permet d’accélérer la période de récupération postopératoire. Qu’en est-il chez le lapin ?


Matériels et méthodes

Quatorze lapins femelles d’expérimentation (White New Zealand) ont subi une ovario-hystérectomie. Tous les animaux ont reçu du meloxicam (1mg/Kg IM) et un mélange de kétamine (35 mg/Kg IM) et de xylazine (2mg/kg IM) en guise d’induction anesthésique. Le protocole analgésique a été complété par des injections de buprénorphine 0,06mg/kg/8h IV pour la moitié du groupe et un bolus de 2mg/kg sur 5 minutes suivi d’une perfusion continue de 6mg/Kg/h IV pour l’autre moitié du groupe. Ce protocole analgésique fut initié à l’induction anesthésique et poursuivi pendant 48 heures.

Immédiatement après la chirurgie, et trois fois par jour pendant 48 heures, ont été réalisées une mesure de fréquence respiratoire, de fréquence cardiaque, une auscultation abdominale (dans le but d’évaluer les bruits digestifs, une pesée, un score de douleur (par manipulation et palpation abdominale), une évaluation de la production de selles, de la prise alimentaire, de la consommation d’eau, un enregistrement vidéo du comportement des lapins dans un parc, le dosage du glucose et du cortisol sanguin.


Résultats

Le groupe ayant reçu de la lidocaïne a montré une motilité gastrointestinale, une prise de nourriture, une production de selles, et une activité, significativement supérieure au groupe ayant reçu de la buprénorphine. De plus, la fréquence cardiaque, le taux de glucose et de cortisol étaient significativement inférieur chez les lapins ayant reçu de la lidocaïne. Le score de douleur et la fréquence respiratoire étaient similaires dans les deux groupes, et les deux groupes ont eu une baisse de poids (moyenne 95g).


Discussion

Dans cette étude et suivant le protocole décrit, la lidocaïne permet une meilleure récupération postopératoire, comparée à la buprénorphine.

La principale limite de cette étude est qu’aucun groupe témoin (absence d’utilisation de lidocaïne et de buprénorphine) n’est présent. Il n’est cependant pas éthiquement acceptable aujourd’hui de réaliser une ovario-hystérectomie uniquement en utilisant du meloxicam.  De plus, le score de douleur utilisé est non validé chez le lapin et les éléments évalués sont très restreints (manipulation de l’animal et palpation abdominale). Il n’existe aussi aujourd’hui pas de dose validée scientifiquement de buprénorphine chez le lapin. Quand on sait que la dose validée chez le cobaye est de 0,2mg/kg, on peut penser que 0,06mg/kg est peut-être un sous dosage chez le lapin.

Lors d’ovario-hysterectomie de convenance chez le lapin, nous utilisons à Alfort de la méthadone à 1mg/kg IM lors de la prémédication que nous répétons toutes les 4 heures si l’animal nous semble douloureux. Si l’animal semble confortable en postopératoire, nous réalisons des injections de buprénorphine à la posologie de 0,05 mg/Kg/8h jusqu’à la sortie de l’animal. Nous préférons garder les animaux 24 heures en observation après leur chirurgie afin de prendre en charge au mieux l’analgésie et éviter ainsi des anorexies une fois l’animal rentré à la maison, qui est une conséquence d’une douleur postopératoire.


A retenir

La lidocaïne en perfusion continue à la posologie de 6mg/Kg/min IV peut être utilisée chez le lapin et permet de fournir une analgésie postopératoire satisfaisante et supérieure à la buprénorphine utilisée à la posologie de 0,06mg/kg/8h.


Pour aller plus loin

Leach MC, Allweiler S, Richardson C, et al. Behavioral effects of ovariohysterectomy and oral administration of meloxicam in laboratory housed rabbits. Res Vet Sci 2009;87:336–347.

Cooper CS, Metcalf-Pate KA, Barat CE, et al. Comparison of side effects between buprenorphine and meloxicam used postoperatively in Dutch Belted rabbits (Oryctolagus cuniculus). J Am Assoc Lab Anim Sci 2009;48:279–285.

Weaver LA, Blaze CA, Linder DE, et al. A model for clinical evaluation of perioperative analgesia in rabbits (Oryctolagus cuniculus). J Am Assoc Lab Anim Sci 2010;49:845–851.

Ortega M, Cruz I. Evaluation of a constant rate infusion of lidocaine for balanced anesthesia in dogs undergoing surgery. Can Vet J 2011;52:856–860.