PYTREG-c293.jpg

LE MELOXICAM EST-IL EFFICACE CHEZ LE PYTHON?

Sadler RA, Shumacher JP, RATHOR K Evaluation of the role of the cyclooxygenase signaling pathway during inflammation in skin and muscle tissues of ball pythons (Python regius). American Journal of Veterinary Research. 2016;77(5):487-494

Introduction

Si l’on sait aujourd’hui que les reptiles ressentent la douleur, les modèles des tests de la nociception n’ont pas été validés, et montrent des réponses très variables en fonction des espèces et des méthodes testées. Il est de plus difficile de se contenter d’études pharmacocinétiques et de faire un parallèle entre les concentrations plasmatiques considérées comme analgésiques chez les mammifères et chez les reptiles. Cet article s’intéresse à la production de cyclo-oxygénase chez le python royal en réponse à un processus inflammatoire induit.

 

Matériels et méthodes

Sur huit pythons royaux, des biopsies de peau et de muscles ont été réalisés. Puis des incisions sur la peau et sur les muscles ont été réalisées à l’aide d’un laser CO2 afin d’induire un processus inflammatoire. Sept jours après, des biopsies de muscle et de peau ont été réalisées sur le site de l’incision au laser. Les productions de COX-1 et COX-2 et d’autre facteurs inflammatoires ont été étudiées sur les deux types de tissues biopsés (inflammés et non inflammé) ainsi qu’une analyse histologique.

 

Résultats

Toutes les biopsies réalisées après sur l’incision au laser ont montré un score histologique inflammatoire supérieur aux biopsies réalisées sur la peau et les muscles sains. La production de COX-1 était supérieure sur les biopsies cutanées inflammées et inférieure sur les biopsies musculaires par rapport aux biopsies sur tissu non inflammé. Aucunes différences en termes de production de COX-2 n’ont été notées entre les biopsies sur tissu inflammatoire et les biopsies sur tissus non inflammatoire.

 

Discussion

Si des études de pharmacocinétique du meloxicam ont été réalisées chez les reptiles, une étude dose effet chez le python royal montre l’absence d’effet analgésique du meloxicam à 0,3mg/kg en intra musculaire. Une étude chez la tortue de Floride, similaire à celle décrite précédemment amène aux mêmes conclusions que la cascade inflammatoire serait très différente chez les reptiles par rapport aux mammifères. Ceci est corroboré par la production importante d’autres produits de l’inflammation (protéine kinase B phosphorylée, facteur nucléaire amplificateur de chaines légères κ des lymphocytes B activés, kinases des récepteurs extracellulaires phosphorylés) ce qui semble montrer que d’autre familles d’anti inflammatoire pourraient être utilisés chez les reptiles.

 

A retenir

Il n’y a pas de production significative de COX-2 lors d’inflammation cutanée ou musculaire chez le python royal. Le méloxicam ne serait donc vraisemblablement pas efficace chez le python royal.

 

Pour aller plus loin

 

Divers SJ, Papich M, McBride M, et al. Pharmacokinetics of meloxicam following intravenous and oral administration in green iguanas (Iguana iguana). Am J Vet Res 2010;71:1277–1283.

Olesen MG, Bertelsen MF, Perry SF, Wang T. Effects of preoperative administration of butorphanol or meloxicam on physiologic responses to surgery in ball pythons. J Am Vet Med Assoc. 2008 Dec 15;233(12):1883-8

Tuttle AD, Papich M, Lewbart GA, et al. Pharmacokinetics of ketoprofen in the green iguana (Iguana iguana) following single intravenous and intramuscular injections. J Zoo Wildl Med 2006;37:567–570.

Royal LW, Lascelles BDX, Lewbart GA, et al. Evaluation of cyclooxygenase protein expression in traumatized versus normal tissues from eastern box turtles (Terrapene carolina carolina). J Zoo Wildl Med 2012;43:289–295.