Comment évaluer la douleur postopératoire chez le cobaye (Cavia porcellus)

 
cobaye-capdouleur-nac-veille-scientific.jpg

Misha L Dunbar, Emily M David, Marian R Aline, and Jennifer L Lofgren. Validation of a Behavioral Ethogram for Assessing Postoperative Pain in Guinea Pigs (Cavia porcellus). Journal of the American Association for Laboratory Animal Science. 2016;55(1):29-34


Introduction

Bien que le cobaye soit étudié depuis plus d’un siècle comme animal de laboratoire, il n’existe que peu de données sur la reconnaissance clinique de la douleur et sur l’efficacité clinique des molécules analgésiques. Comme chez les autres rongeurs et de manière plus générale comme toutes les proies, le cobaye est une espèce qui a tendance à cacher ses signes de douleur ce qui rend plus compliqué l’évaluation de cette dernière. Des éléments comme une diminution de la production de selles, une perte de poids, une mauvaise qualité du pelage ont été décrits pour mettre en évidence la présence de douleur chez le cobaye. Cependant, ces signes cliniques sont non spécifiques, et n’ont pas tendance à être décernés avant 12-24 heures de souffrance de l’animal.


Matériels et méthodes

Dix cobayes ont subi une anesthésie générale avec de l’isoflurane seule et 14 jours plus tard une castration sous anesthésie générale (isoflurane). Suite cette chirurgie, les animaux ont reçu du carprofen (1mg/kg/24h SC). Les animaux ont été pesés une fois par jour avant et après chaque procédure pendant une semaine. Les évaluations de animaux ont été réalisées à 2h, 8h et 24h après chaque manipulation.

Afin de mesurer la douleur au niveau de la plaie chirurgicale, une sonde de von Frey a été appliquée au niveau du scrotum et pour les animaux opérés, dans une zone à 1cm de l’incision. Afin de réaliser un contrôle, cette même sonde était appliquée sur l’abdomen. Enfin, après ce test, une friandise (persil) était placée dans la cage de l’animal et le temps entre la mise en contact et la consommation de la friandise a été enregistrée.

Les évaluations comportementales ont été réalisées via l’enregistrement du comportement des animaux à l’aide d’une caméra sur des durées de 15 minutes, en l’absence de la présence d’un humain dans la salle.

A l’issu de la prévisualisation des vidéos et en comparaison avec des éthnogramme décrits et validés chez la souris, le rat et le lapin, les éthnogrammes retenus ont été :

- mâchonnement

- léchage des barreaux de la cage

- contraction de l’abdomen (abdomen tendu ayant pour conséquence une paroi abdominale qui ne touche plus le fond de la cage)

- dos voussé

- tremblement (mouvement spasmodique des poils, de la peau, des muscles sur le dos et des flancs)

- transfert de poids (transfert du poids d’un membre à l’autre en l’absence de locomotion)


Résultats

L’utilisation de la sonde de von Frey, et donc de la pression autour de la plaie chirurgicale a permis de mettre en évidence la présence d’une douleur à 2h et 8h postopératoire. 24h après la chirurgie, il n’y avait plus de différence entre les deux groupes.

La rapidité de consommation des friandises n’était pas différente entre les deux groupes.

La visualisation de l’ensemble des vidéos n’a pas permis de mettre en évidence une différence significative dans la fréquence des comportements de mâchonnement et de léchage entre le groupe témoins et le groupe opéré. Cependant, la contraction de l’abdomen, la présence de dos voussé, les tremblements et les mouvements de transfert de poids étaient significativement plus présents chez le groupe d’animaux opérés 2h et 8h après la chirurgie.


Discussion

La manipulation utilisant la sonde de von Frey avais pour but de valider la présence de douleur au niveau de l’incision chirurgicale et cette douleur était bien présente malgré l’utilisation de carprofène. Cette première étape est importante car en l’absence de preuves de douleur, l’étude d’éthnogrammes pour reconnaitre la douleur aurait été invalidée. La deuxième manipulation, de mise à disposition de friandise, a été réalisée dans le but d’obtenir un résultat binaire, rapide à obtenir et non observateur dépendant. Force est de constater que cette méthode d’évaluation de la douleur n’est pas utilisable. Les auteurs émettent l’hypothèse que la douleur chirurgicale n’était pas assez intense pour altérer la gourmandise des cobayes.

La présence d’éthnogramme douloureux est corrélée, dans cette étude, avec la présence de douleur mise en évidence avec la sonde de von Frey à 2h et 8h après la chirurgie. De même, ces éthnogrammes disparaissent en même temps que la douleur mise en évidence avec la sonde de von Frey disparait. Ceci permet de valider ces éthnogrammes comme étant des bons critères pour évaluer la douleur chez le cobaye.

Les limites de cette étude sont que malgré la description d’une pesée dans les matériels et méthodes, cette donnée est manquante dans la partie résultat. De plus les manipulations postopératoires n’ont été réalisées qu’au plus tard 24 heures après la chirurgie ce qui ne permet pas de conclure, comme le font les auteurs, que les animaux ne souffrent plus à partir de 24 heures en postopératoire de castration.


A retenir

Les contractions de l’abdomen (abdomen tendu ayant pour conséquence une paroi abdominale qui ne touche plus le fond de la cage), le dos voussé, les tremblements (mouvement spasmodique des poils, de la peau, des muscles sur le dos et les flancs) et le transfert de poids (transfert du poids d’un membre à l’autre en l’absence de locomotion) sont des éthnogrammes mettant en évidence une douleur chez le cobaye.


Pour aller plus loin

Leach MC, Klaus K, Miller AL, Di Perrotolo MS, Sotocinal SG, Flecknell PA. The assessment of postvasectomy pain in mice using behaviour and the Mouse Grimace Scale. PLoS One. 2012; 7: e35656

Leung V, Zhang E, Pang DS. Real-time application of the Rat Grimace Scale as a welfare refinement in laboratory rats. Sci Rep. 2016; 6: 31667

Keating SC, Thomas AA, Flecknell PA, Leach MC. Evaluation of EMLA cream for preventing pain during tattooing of rabbits: changes in physiological, behavioural and facial expression responses. PLoS One. 2012; 7: e44437

Reijgwart ML, Schoemaker NJ, Pascuzzo R, Leach MC, Stodel M, de Nies L, et al. The composition and initial evaluation of a grimace scale in ferrets after surgical implantation of a telemetry probe. PLoS ONE. 2017: 12(11): e0187986.


 
Thierry Poitte