News d’ExoticsCon, le plus grand congrès NAC jamais organisé à ce jour, regroupant plus de 1000 vétérinaires venus des quatre coins du monde.

 
ExoticsCon-Logo-Stacked.png

Fin septembre, à Atlanta, s’est tenu ExoticsCon, le plus grand congrès NAC jamais organisé à ce jour, regroupant plus de 1000 vétérinaires venus des quatre coins du monde.

Ce congrès a bien entendu donné lieu à de très nombreuses communications et des travaux pratiques qui vont permettre une meilleure prise en charge de nos patients.

 
 

Voici un résumé des communications concernant l’analgésie des NAC.


Étude pharmacocinétique du tapentadol par voie orale chez les amazones d’Hispaniola (Amazona ventralis).

A. Duvall, T. Tully, J. Carpenter et al.

Les opioïdes utilisables par voie orale chez les oiseaux sont rares. Le tapentadol est une molécule qui agit en tant qu’agoniste des récepteurs µ et comme un inhibiteur de la recapture de la noradrénaline (similaire au tramadol).
Cette molécule est communément utilisée en médecine humaine dans le cadre de prise en charge des douleurs aigues et chroniques.
Le pouvoir analgésique de tapentadol n’est que 2-3 fois inférieur à celui de la morphine malgré une affinité pour les récepteurs µ cinquante fois inférieur à celle de la morphine. Il semblerait que ce résultat est du au mécanisme d’action de cette molécule sur le système noradrénergique.

Sept amazones d’Hispaniola ont reçu une solution buvable de tapentadol à une dose unique de 30mg/Kg. Des prises de sang ont été réalisées à T0, 0,25, 0,5, 0,75, 1, 1,5, 3 et 6 heures. La concentration plasmatique de tapentadol a été mesurée à l’aide d’une technique de chromatographie liquide à haute pression.

La molécule semble mal absorbée par voie orale. Seuls 2 oiseaux sur 7 ont eu un niveau de tapentadol détectable. La concentration maximale était de 143ng/ml et la demi vie de 24,8 minutes.

Suite à ces résultats, les auteurs concluent que l’utilisation orale de tapentadol à la dose de 30mg/Kg par voie orale ne semble pas avoir une utilité clinique chez les amazones.


Surdosage aiguë de méloxicam chez un conure soleil (Aratinga solstitialis).

S. Munyon

Le méloxicam est une molécule très utilisée en médecine des oiseaux.
Cependant, s’il existe des études pharmacologiques, peu de données de toxicologie ont été publiées.

Un conure soleil a été amené en consultation suite à un trauma traité par une du méloxicam (1mg/Kg PO BID 5 jours) et de la gabapentine (9 mg/Kg PO BID 7 jours).
Une semaine plus tard, le patient a présenté un gonflement et une ecchymose péri oculaire gauche d’origine indéterminée.
Du méloxicam et de la gabapentine ont été prescrits à nouveau suivant le même schéma thérapeutique.
Cependant, le propriétaire a par erreur administré 10mg/Kg à son animal par deux fois avant d’amener son animal en consultation pour dysorexie et abattement.
Le patient a alors été hospitalisé 5 jours. Un cathéter interosseux a été placé afin de réaliser un protocole de diurèse forcé par administration de Ringer Lactate (100 ml/Kg/J) ainsi qu’un traitement incluant du pantoprazole (3 mg/kg IO q12h) et du butorphanol (2 mg/kg en cas de surexcitation). Suite a une amélioration clinique, le patient est sorti sous famotidine (1 mg/kg PO q12h 7 jours), et tramadol (10 mg/kg PO q12h 7 jours).
Les bilans biochimiques et hématologiques réalisés à J8, 9, 11, 21 et 83 n’ont révélés qu’une augmentation transitoire des aspartate aminotransférase et de la créatine kinase, avec un taux d’acide urique normal ainsi qu’un épisode d’hétéropénie.
Le patient a parfaitement récupéré et n’a pas présenté de nouveau de signes cliniques.


Étude pharmacocinétique de la gabapentine par voie orale chez les flamants des Caraïbes (Phoenicopterus ruber ruber).

G. Browning, J. Carpenter, G. Magnin et al.

La gabapentine est un traitement de première intention de choix dans le cadre de douleur neuropathiques. Il s’agit aussi d’un anticonvulsivant utilisé chez l’homme et dans d’autres espèces. La gabapentine possède un avantage certain par rapport à d’autres analgésiques, elle possède un grand intervalle thérapeutique associé a des effets secondaires limités. De nombreuse préparations orales existent.

Six flamants des caraïbes ont reçu oralement de la gabapentine à raison d’une dose unique de 15mg/Kg ou de 25mg/Kg. La concentration plasmatique a été obtenue en utilisant une méthode de chromatographie liquide couplée à une spectrométrie de masse. A la dose de 15mg/Kg, la concentration plasmatique maximal était de 24,48µg/ml, et fut atteinte en 0,56 heures. La demi vie était de 4,46 heures. A la dose de 25mg/Kg, la concentration plasmatique maximale était de 13,23µg/ml, la concentration maximale fut atteinte en 0,5 heures, et la demi vie était de 3,39 heures.

Sur la base de ces résultats, et par comparaisons aux données de médecine humaine, chez le flamant des Caraïbes, à 25mg/Kg par voie orale, la concentration plasmatique de la gabapentine reste dans les intervalles thérapeutiques pendant 12 heures.


Étude pharmacocinétique du maropitant chez le lapin (Oryctolagus cuniculus).

S. Ozawa, M. Hawkins, Drazenovich, et al.

Le maropitant est un antagoniste sélectif de la neurokinine 1 qui empêche la substance P de se coupler aux zones de déclenchement des chémorécepteurs. La substance P joue un rôle dans certaines voies nociceptives et des recherches sur ses propriétés analgésiques viscérales ont été publiées. Si cette molécule a une AMM pour les chiens et le chat en tant qu’anti vomitif, elle a été utilisée de manière empirique chez le lapin dans le cadre de prise en charge de stase gastro intestinales.

Neuf lapins de laboratoire (3 mâles et 6 femelles) ont reçu une dose de 1mg/Kg de citrate de maropitant par voie intraveineuse ou par voie sous cutanée. La concentration plasmatique de maropitant a été mesurée en utilisant une méthode de chromatographie liquide couplée à de la spectrométrie de masse. Les lapins ont été surveillés une fois par jour afin de vérifier si des effets secondaires apparaissaient. La concentration maximale de maropitant était de 14,4ng/ml et a été atteinte en 1,25 heures après l’injection sous cutanée. La biodisponibilité était de 58,9%. La demi vie était de 13,1 heures pour l’administration SC et 10,4 heures pour l’administration IV. Lors de l’administration SC, des lésions inflammatoires au point d’injection ont été observées chez 3 lapins. Toujours lors de l’injection SC, 5 lapins ont présenté une phase d’excitation et de tachypnée. Après 24 heures, la concentration plasmatique était de 2,81ng/ml (IV) et 1,2ng/ml (SC). Ces résultats sont semblables à ceux trouvés chez le chien.

Le maropitant semble donc être utilisable chez le lapin à 1mg/Kg SID, mais de préférence par voie intra veineuse.


Évaluation de la faisabilité d’anesthésie spinale chez le dragon barbu (Pogona viticeps).

C. Mans, T. Ferreira.

Après une sédation avec de l’alfaxalone (15mg/Kg SC), huit pogonas adultes ont été utilisés pour réaliser une injection intrathécale, au niveau de l’espace sacro coccygien, avec 2mg/Kg de lidocaïne 1% ou 0,2mg/Kg de NaCl. Les animaux ont ensuite reçu des stimulations mécaniques au niveau de leurs membres antérieurs, postérieurs, à 25%, 50% et 75% de la longueur du corps, et le tonus cloacal a été testé. La fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, le réflexe de redressement ainsi que le positionnement de la tête ont été enregistrés afin de mettre en évidence d’éventuels effets secondaires.

L’anesthésie spinale a été obtenue chez la moitié des animaux dès la première tentative et chez 75% des animaux à la deuxième tentative. Les effets ont été présents dès 5 minutes et ont duré 49 minutes pour l’absence de tonus cloacal, 48 minutes pour la désensibilisation des membres postérieurs, 40 minutes pour 25% de la longueur du corps. En comparaison avec l’administration de NaCl, l’injection de lidocaïne a entrainé une augmentation significative de la profondeur, de la durée de la sédation ainsi qu’une fréquence cardiaque plus élevée.

Les auteurs conclus que l’injection intrathécale de lidocaïne est un moyen efficace d’obtenir une analgésie de la région postérieures chez le pogona.


 
Thierry Poitte