PEUT-ON MANGER LES ŒUFS APRES ADMINISTRATION DE MELOXICAM CHEZ LA POULE?

 
poule-capdouleur-nac.jpeg

Pharmacocinétique et résidus dans les œufs après administration de Méloxicam chez la poule?

Souza ML, Bergman JB, White MS, et al. Pharmacokinetics and egg residues after oral administration of a single dose of meloxicam in domestic chickens (Gallus domesticus). AJVR; 2017 (78)8: 965-968


INTRODUCTION

Les poules sont des animaux de plus en plus fréquemment rencontrés dans les foyers en temps qu’animal de compagnie, et/ou pour la consommation des œufs.
Leur présence augmente dans les cabinets vétérinaires de ville.
S’il existe des produits ayant une autorisation de mise sur le marché pour cette espèce et utilisés en médecine industrielle, les problématiques de la médecine individuelle sont souvent bien différentes et les praticiens se retrouvent démunies face à un nouveau challenge : médicaliser des animaux domestiques dont les propriétaires sont amenés à consommer les œufs. En effet, très peu de molécules utilisées en pratique canine possèdent des temps d’attente.

Le méloxicam est un anti inflammatoire non stéroïdien préférentiel COX-2 très largement utilisé chez les NAC et chez la poule en particulier.
Des études pharmacodynamiques chez les poulets de chair ont montré une efficacité du méloxicam à 5mg/kg SC suite à des stimulus thermiques.
Des doses de 0.5 à 4mg/kg ont été rapportés de manière anecdotique dans la littérature avec des effets bénéfiques et sans que des effets secondaires soient rapportés.


MATÉRIELS ET MÉTHODES

Huit poules de race Leghorn ont été utilisés pour cette étude. L’ensemble des ces animaux a reçu une administration de 1mg/kg PO d’une solution buvable de méloxicam. Afin de doser la concentration plasmatique de méloxicam, une prise de sang est réalisée à la veine jugulaire ou alaire juste avant l’administration de méloxicam, puis à 10, 20, 30 minutes et à 1, 2, 4, 8, 12, 24, 48 heures. Les œufs produits par les poules ont été collectés jusqu’à 3 semaines après administration du méloxicam. Le méloxicam a été dosé dans le blanc et dans le jaune d’œuf. Le dosage du méloxicam pour l’ensemble des échantillons a été réalisé par chromatographie en phase liquide à haute performance.


RÉSULTATS

Aucune poule n’a présenté d’effet secondaire suite au traitement. Sur les 8 poules, seules 5 ont pondu de manière constante tous les jours, les autres animaux ont pondu de manière irrégulière. Concernant les échantillons de plasma sanguin, la demi vie du méloxicam est de 2.8 heure, la concentration maximum est de 7.21µg/ml et la concentration maximum est atteinte en 2 heures. Après administration unique du méloxicam par voie oral, aucune trace de cette molécule n’était détectable après 4 jours dans le blanc d’œuf, et 8 jours dans le jaune d’œuf.


DISCUSSION

L’intérêt de cette étude est de s’intéresser à l’utilisation du méloxicam chez une espèce domestique dont l’homme peut consommer les produits. Si des études de pharmacodynamiques sont encore nécessaires il semblerait à la lumière de cette étude, en comparant les résultats avec les concentrations plasmatiques considérés comme thérapeutiques chez l’homme, que la fréquence recommandée d’administration orale de méloxicam à 1mg/kg est toutes les 12 heures.

La principale limite outre le faible nombre de poules et d’œufs de cette étude est que d’autres études sur d’autres espèces ont montré un effet cumulatif du méloxicam dans le plasma sanguin suite à de multiples administrations. Aujourd’hui cet effet cumulatif n’est pas connu dans le blancs ou le jaune d’œuf. Cette étude n’est qu’une première étape qui permettra dans le futur d’établir un temps d’attente pour la consommation d’œuf chez la poule.


À RETENIR

L’administration oral unique de méloxicam chez la poule permet de maintenir une concentration plasmatique équivalente à celle rapporté comme thérapeutique chez l’homme pendant 12 heures. Aucuns résidus de méloxicam ne sont retrouvés dans le blanc d’œuf après 4 jours et dans le jaune d’œuf après 8 jour.


POUR ALLER PLUS LOIN...

- Caplen G, Colborne GR, Hothersall B, et al. Lame broiler chickens respond to non-steroidal anti-inflammatory drugs with objective changes in gait function: a controlled clinical trial. Vet J 2013;196:477–482.
- Caplen G, Baker L, Hothersall B, et al. Thermal nociception as a measure of non-steroidal anti-inflammatory drug effectiveness in broiler chickens with articular pain. Vet J 2013;198:616–619.
- Marmulak T, Tell LA, Gehring R, et al. Egg residue considerations during the treatment of backyard poultry. J Am Vet Med Assoc 2015;247:1388–1395.
 
Thierry Poitte