Utilisation d’une technique d’électrostimulation pour réaliser des blocs du nerf sciatique et fémoral chez des rapaces opérés pour des chirurgies de pododermatite.

 

Capture d’écran 2018-08-22 à 17.47.51.png

Utilisation d’une technique d’électrostimulation pour réaliser des blocs du nerf sciatique et fémoral chez des rapaces opérés pour des chirurgies de pododermatite.


D’Ovidio D, Noviello E, Adami C.
Nerve stimulator -guided sciatic - femoral nerve block in raptors undergoing surgical treatment of pododermatitis.
Vet Anaest Analg; 2015 (42): 449-453


Introduction

L’analgésie chez les oiseaux est encore un domaine mal connu et les protocoles analgésiques décrits aujourd’hui sont la plupart du temps empirique, ne sont pas toujours pratiques d’utilisation, et ne sont pas toujours très efficaces. Pendant de nombreuse année, il a été écrit que les oiseaux possédaient une majorité de récepteurs κ morphinique et peu de récepteurs µ morphiniques. Plusieurs équipes se sont rendu compte récemment que ceci était loin d’être vrai pour toutes les espèces d’oiseaux. De rares technique d’anesthésie locale ont été décrites dans la littérature telles que des injections intra articulaires, des infiltrations locales ou des blocs brachiaux.

L’objective de cette étude est de décrire une technique fiable de la réalisation d’un bloc nerveux efficace dans les chirurgies des membres postérieurs chez les oiseaux.


Matériels et méthodes

Cette étude a été conçu comme un essai clinique prospectif sur 5 faucons pèlerins captifs souffrant d’une pododermatite et dont une opération de curetage avait été planifiée. Les oiseaux ont été induit au masque avec un mélange d’isoflurane et d’oxygène, puis intubés et maintenu selon le même protocole anesthésique. Les oiseaux n’ont pas reçu de molécules analgésiques par voie systémique. Les blocs nerveux ont été réalisés par un seul opérateur en utilisant un électro stimulateur (Stimuplex, HNS12, B/Braun) et une aiguille de stimulation de 22 gauges et 25 mm de long. Pour le bloc du nerf fémoral, l’oiseau était placé en décubitus latéral avec la patte bloquée en abduction à 90°C et étendue caudalement. Après avoir plumé cette région et avoir réalisé une préparation aseptique de la peau, l’artère fémorale était identifiée par palpation, et l’aiguille était insérée juste crâniale à l’artère fémorale dans le muscle quadriceps fémoral. La cathode de l’électro stimulateur était placée 5cm crânialement à l’aiguille de stimulation. L’aiguille de stimulation était ensuite finement déplacée jusqu’à atteindre une contraction du muscle quadriceps fémoral et une extension de la patte avec un courant de 0,4mA d’1ms avec une fréquence d1hz. A ce moment-là, 0,05mL/kg de lidocaïne 2% était injecté. La même opération était réalisée pour le nerf sciatique. L’oiseau, toujours en décubitus latéral, le grand trochanter et la tubérosité ischiatique étaient palpés. Le site d’insertion de l’aiguille de stimulation se situait à un tiers de cette ligne virtuelle entre les deux précédents repères avec une angulation d’insertion de 60°.  

L’anesthésie a été monitorée classiquement en portant une attention particulière à la présence de mouvement de la patte en réponse à une stimulation nociceptive chirurgicale. Une évaluation de la douleur au niveau du membre opéré a été réalisée en postopératoire.


Résultats

La réalisation du bloc sciatique et fémoral a été possible chez tous les oiseaux, et la réponse moteur à l’électrostimulation a été cohérente avec les résultats décrits chez les mammifères. Au cours des chirurgies, aucunes molécules analgésiques, autres que la lidocaïne, n’ont dû être utilisée en urgence. Le monitoring anesthésique n’a montré aucunes variations significatives des paramètres cardio-respiratoires. Aucuns signes de toxicités ou de lésions nerveuses n’ont été mise en évidence. Le réveil de l’ensemble des animaux a été considéré comme normal. La durée moyenne des effets analgésiques était de 130 (+ 20) minutes.


Discussion

Cette étude décrit avec précision une technique d’anesthésie locale efficace lors de chirurgie de pododermatite chez les rapaces. Cette technique est depuis utilisée en routine par le Service NAC d’Alfort pour toutes les chirurgies des membres postérieurs chez les oiseaux. Récemment, une chirurgie d’ostéosynthèse de fracture de tibiotarse d’ara ararauna a été réalisée en utilisant cette technique, en rajoutant une prémédication au midazolam (1 mg/kg IM), butorphanol (1mg/kg IM) suivi d’une perfusion continue de butorphanol (1mg/kg/h IV). Ce protocole nous a permis de diminuer le pourcentage d’isoflurane à 0,8% avec une anesthésie extrêmement stable de l’animal durant toute la chirurgie et une excellente récupération.

Un certain nombre de limitations existent cependant dans cette étude. Outre le faible nombre d’individus et la réalisation de cet essai sur une seule espèce, l’évaluation de la douleur peropératoire n’a été réalisée que sur la base de trois variables : la fréquence cardiaque, respiratoire, et l’absence de mouvement de la patte opérée. La mesure de la pression artérielle, décrite comme indicateur fiable du tonus sympathique, aurait été préférable. Il n’existe malheureusement à l’heure actuelle pas de technique de mesure de pression artérielle non invasive fiable chez les rapaces.


A retenir

Les blocs fémoraux et sciatiques sont réalisables chez les rapaces à l’aide d’un électro stimulateur et de 0,05mL/kg de lidocaïne 2%. Cette procédure est efficace pour les chirurgies de pododermatite et sans effet secondaire. Par extension cette technique pourrait-être appliquée chez d’autres taxons d’oiseaux lors de chirurgies des membres postérieurs.


Pour aller plus loin

Brenner DJ, Larsen RS, Dickinson PJ et al. (2010) Development of an avian brachial plexus nerve block technique for perioperative analgesia in mallard ducks (Anas platyrhynchos). J Avian Med Surg 24, 24–34.

da Cunha AF, Strain GM, Rademacher N et al. (2013) Palpation- and ultrasound-guided brachial plexus blockade in Hispaniolan Amazon parrots (Amazona ventralis). Vet Anaesth Analg 40, 96–102.

Figueiredo JP, Cruz ML, Mendes GM et al. (2008) Assessment of brachial plexus blockade in chickens by an axillary approach. Vet Anaesth Analg 35, 511–518.

Hawkins MG, Paul-Murphy J (2011) Avian analgesia. Vet Clin North Am Exot Anim Pract 14, 61–80.


Hocking PM, Gentle MJ, Bernard R et al. (1997) Evaluation of a protocol for determining the effectiveness of pretreatment with local analgesics for reducing experimentally induced articular pain in domestic fowl. Res Vet Sci 63, 263–267.

 
Thierry Poitte