Visuel-10.png

Le Think Tank CAPwelfare est un groupe de réflexion pluridisciplinaire, réuni autour de la thématique du bien-être des animaux de compagnie. Convaincus que cette question méritait d’être explorée plus en avant, ses membres ont conjugué leurs expertises pour offrir un panorama non exhaustif de ce que certains travaux scientifiques récents, mais également la pratique vétérinaire, peuvent nous apprendre sur le bien-être des animaux de compagnie. A travers ce livre blanc, nous souhaitons nourrir le débat public sur cet enjeu de société, mais également fournir aux vétérinaires des clés de compréhension et des occasions de réflexions. En évitant de formuler des recommandations, nous invitons les vétérinaires à se saisir de la thématique et à faire valoir leur expertise à partir de leur propre pratique.


Le groupe pluridisciplinaire CAPwelfare s’est donné plusieurs missions :

  • Aider à mieux comprendre les besoins et attentes des Animaux de Compagnie

  • Connaître leurs émotions

  • Inscrire la profession vétérinaire dans ce sujet sociétal pour lequel « l’expertise vétérinaire ne va pas de soi »

  • Rédiger un livre blanc à destination des praticiens


boissy.jpg

PREFACE ALAIN BOISSY

Directeur de Recherche INRA

Directeur du Centre National de Référence du Bien-Etre Animal

La sensibilité et le bien-être des animaux sont désormais une thématique à l’interface entre science et société.
Avec cet ouvrage , les auteurs ont pour ambition de vulgariser l’approche scientifique des émotions chez les animaux de compagnie dans l’objectif de faciliter la prise en compte de la sensibilité et du bien-être des animaux, notamment par la profession vétérinaire.

Le bien-être des animaux de compagnie et plus largement des animaux qui vivent sous la dépendance des humains (animaux de compagnie, utilisés à des fins scientifiques, de zoo et d’élevage) a pris une place prépondérante dans nos sociétés occidentalisées.
Ainsi, depuis la Convention européenne signée par les Etats membres du Conseil de l’Europe sur la protection des animaux dans les élevages, plusieurs directives européennes ont réglementé l’utilisation des animaux de ferme.
En 2002, l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) devient l’organisme international phare en matière de bien-être des animaux.
Le cadre juridique de l’Union Européenne invoque en anglais le terme « sentience », traduit en français par « sensibilité », comme critère clé en matière de bien-être animal (UE, Traité de Lisbonne, 2007).
La notion « d’être sensible » apparaît pour la première fois dans le rapport Brambell (1965) portant sur les animaux de ferme.
Le terme de « sensibilité » a récemment été inscrit dans le Code civil français :
« Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité » (Loi du 16 février 2015, Article 515-14).

De manière paradoxale, alors que les animaux de compagnie nous sont très proches par définition, l’essentiel des recherches visant à comprendre, évaluer et améliorer le bien-être animal, portent presqu’exclusivement sur les animaux de ferme et de laboratoire.
Depuis une vingtaine d’années, de nombreux travaux novateurs ont été réalisés chez les animaux de ferme pour étudier les comportements émotionnels à l’aune des processus cognitifs que l’on sait être associés aux émotions chez l’Homme.
Il a été montré par exemple que l’animal réagit plus ou moins fortement à un évènement soudain selon qu’il a la possibilité ou non d’anticiper l’évènement. Les comportements émotionnels des animaux ne sont donc pas des processus réflexes, mais ils requièrent de la part de l’animal des traitements cognitifs semblables à ceux connus chez les humains.
Les émotions et les processus cognitifs sont au cœur du concept de bien-être.
S’assurer d’une bonne santé, d’un logement adéquat, d’une alimentation appropriée ou encore d’un niveau de production satisfaisant ne suffit pas pour garantir le bien-être des animaux ; il faut surtout prendre en compte ce qu’ils perçoivent et ressentent.
Autrement dit, si les actions humaines positives en-vers l’animal (la bientraitance) sont un préalable indispensable au bien-être des animaux, il est indispensable de prendre en compte le point de vue de l’animal pour s’assurer de l’efficacité de nos actions en termes de bien-être.
Même si les travaux de recherche dédiés aux animaux de compagnie restent encore limités, cette distinction entre bien-être et bientraitance doit s’appliquer également à ces animaux qui nous sont proches, notamment dans le contexte des soins vétérinaires.

Les auteurs nous offrent ici un éclairage scientifique sur le bien-être des animaux de compagnie permettant de pointer les relations intimes entre santé physique et bien-être mental.
Il ne s’agit pas de prescrire une opinion sur la sensibilité des animaux de compagnie, mais plutôt de fournir des informations scientifiquement et cliniquement étayées pour que chaque praticien et plus largement chaque citoyen puisse élaborer sa propre opinion quant à l’intérêt de comprendre le monde sensoriel, les besoins et les attentes de ces animaux qui nous sont à la fois si proches et encore si éloignés.
La lecture de ce petit ouvrage donne de précieuses informations conceptuelles et pratiques sur le bien-être des animaux de compagnie et les leviers pour améliorer leur qua-lité de vie.
Elle devrait également aider le vétérinaire praticien à mieux prendre en compte la sensibilité et le point vue des animaux dans la gestion intégrée de leur santé et l’amélioration de la qualité des soins vétérinaires.


LES MEMBRES DU THINK TANK CAPWELFARE

 
 

LA PRESSE EN PARLE

SEMAINE VETERINAIRE 5 JUILLET 2019

SEMAINE VETERINAIRE 5 JUILLET 2019

DEPECHE VETERINAIRE 6JUILLET 2019

DEPECHE VETERINAIRE 6JUILLET 2019


Corp-Logo_BG_Bayer-Cross_Basic_72dpi_on-screen_RGB.png

CAPwelfare remercie Liska Vehling, Charlotte Brunet et Bruno Legrand pour leur confiance dans ce projet.

CAPwelfare remercie Bayer pour leur soutien logistique et matériel.