Évaluation de l’efficacité de l’injection épidurale de morphine sur l’analgésie postopératoire chez le furet

21 avril 2020


Sladky K.K., Horne W.A., Goodrowe K.L., et al. Evaluation of Epidural Morphine for Postoperative Analgesia in Ferrets (Mustela putorius furo). 2000. Contemp Top Lab Anim Sci.;39(6):33-8.

Introduction

Il existe aujourd’hui peu d’études concernant la prise en charge de la douleur chez le furet. En effet depuis des décennies, des posologies de chats sont utilisées chez cette espèce, ces posologies semblant porter des résultats satisfaisants en clinique, les études n’ont donc pas été conduites chez cette espèce. Lors de l’évaluation de la douleur, quelle que soit l’espèce, il est possible d’évaluer des changements comportementaux (baisse du niveau d’activité, expression faciale crispée…) et des changements physiologiques (augmentation de la fréquence cardiaque, de la fréquence respiratoire, de la concentration de catécholamines…). Il conviendrait idéalement dans chaque étude de combiner ces deux méthodes qui ont chacune leurs avantages et défauts, afin de diminuer les biais liés à l’une ou l’autre de ces méthodes. Les techniques d’épidurale permettent de réaliser une analgésie protectrice. L’analgésie protectrice empêche la sensibilisation des voies douloureuses du système nerveux central, réduisant ainsi l’hyperalgésie et l’allodynie. De plus, l’analgésie protectrice permet de réduire la dose d’analgésiques globale requise pour induire et maintenir une anesthésie chirurgicale et fournit une analgésie postopératoire. Les opioïdes sont des analgésiques couramment administrés qui peuvent être utilisés par voie systémique ou épidurale. L’administration épidurale d’opioïdes permet d’avoir une analgésie longue, sans les effets secondaires inhérent des opioïdes (sédation, ralentissement de transit…)

A retenir

La réalisation d’épidurale avec 0,1mg/kg de morphine lors de chirurgie d’ovario-hysterectomie et de sacculectomie, permet de diminuer la manifestation physiologique et comportementale de la douleur chez le furet pendant au moins 25 heures. Elle permet de plus une meilleure récupération postopératoire.

Consultez l’article en entier sur l’espace adhérent. >>>

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Retour haut de page