Évaluation de l’interaction analgésique entre la morphine, le maropitant et la dexmédétomidine chez les chiens subissant une ovariohystérectomie

17 juin 2021

Évaluation de l'interaction analgésique entre la morphine, le maropitant et la dexmédétomidine chez les chiens subissant une ovariohystérectomie

Evaluation of analgesic interaction between morphine, maropitant and dexmedetomidine in dogs undergoing ovariohysterectomy, SR Karna, P Chambers, P Singh, N Lopez-Villalobos & K Kongara New Zealand Veterinary Journal, 1-12, 05 May 2021, traduction et interprétation Amandine Bouvier

Introduction

Tout comme l’anesthésie multimodale, la gestion de l’analgésie, lors d’une chirurgie, doit passer par l’action simultanée de différentes molécules ayant des actions complémentaires. Cette étude a tenté de démontrer l’efficacité de l’analgésie multimodale lors d’une chirurgie d’ovariohysterectomie.

Résumé

Objectif : Comparer l’effet analgésique de la morphine associée au maropitant et/ou à la dexmédétomidine et à la morphine seule administrée à une dose plus élevée et évaluer la pharmacocinétique des associations médicamenteuses, chez des chiennes subissant une ovariohystérectomie (OHE).

Méthode :

Quarante  chiennes ont été randomisées en quatre groupes de traitement (n = 10 par groupe) pour recevoir, dans chaque groupe, un protocole analgésique différent. Après une prémédication avec de l’acépromazine IM, l’anesthésie a été induite avec du propofol jusqu’à effet et maintenue avec de l’isoflurane, avec 100 % d’oxygène, délivré via un système circulaire. La fréquence cardiaque, la fréquence respiratoire, la pression artérielle, la saturation en oxygène de l’hémoglobine, la pression partielle en fin d’expiration du dioxyde de carbone, l’électrocardiogramme et la température rectale ont été surveillés pendant l’anesthésie. Les molécules testées (Mor : 0,6 mg/kg de morphine ; Maro + Mor : 0,3 mg/kg de morphine et 1 mg/kg de maropitant ; Dex + Mor : 0,3 mg/kg de morphine et 10 µg/kg de dexmédétomidine ; Dex + Maro + Mor : 0,2mg/kg de morphine, 7 µg/kg de dexmédétomidine et 0,7 mg/kg de maropitant) ont été administrées IM, après l’induction de l’anesthésie et trente minutes avant l’heure prévue de début de l’ovariohystérectomie, qui a été réalisée par des étudiants vétérinaires sous surveillance vétérinaire. La forme courte de l’échelle composite de mesure de la douleur de Glasgow (CMPS-SF) et l’échelle analogique visuelle (VAS) ont été utilisées pour l’évaluation de la douleur 15 minutes, 30 minutes et 1, 2, 3, 6, 9 et 24 heures après l’extubation. Les chiens avec un score de douleur CMPS-SF supérieur ou égale à 6 ont reçu une analgésie de secours avec de la buprénorphine SC (0,02 mg/kg). Des échantillons de sang ont été prélevés avant l’injection et 15, 30, 60 et 120 minutes après l’injection des molécules testées et la concentration plasmatique des molécules testées a été déterminée par chromatographie liquide-spectrométrie de masse.

Résultats :

Les chiennes qui ont reçu Dex + Mor avaient des scores CMPS-SF (estimation de la différence = -1,53 (SE 0,58) ; p=0,010) et VAS (estimation de la différence = -0,67 (SE 0,25) ; p=0,007) significativement inférieurs à ceux des chiens ayant reçu de la morphine seule. Il n’y avait aucune preuve d’une différence dans le nombre de chiens nécessitant un sauvetage entre les groupes. Tous les chiens qui ont reçu de la dexmédétomidine ont présenté une arythmie cardiaque et un bloc cardiaque du deuxième degré. Les concentrations maximales (Cmax) moyennes (Écart – Type) de morphine dans le plasma étaient de 6,8 (4,56), 9,56 (8,29), 9,30 (3,35) et 18,99 (9,41) ng/mL pour, respectivement, les groupes Dex + Mor, Dex + Maro + Mor, Maro + Mor et Mor. La Cmax de la morphine était significativement plus faible dans les groupes Dex + Mor (p=0,004), Dex + Maro + Mor (p=0,034) et Maro + Mor (p=0,018) par rapport au groupe Mor.

Conclusion :

Pour les chiennes subissant une ovariohystérectomie, des doses plus faibles de morphine (0,2 et 0,3 mg/kg) combinées à de la dexmédétomidine ou du maropitant peuvent procurer une analgésie équivalente ou supérieure à la morphine lorsqu’elle est administrée seule à une dose plus élevée (0,6 mg/kg).

A retenir

Tout comme la réalisation d’anesthésie multimodale, le raisonnement conduisant à une analgésie multimodale est indispensable lors de chirurgie pour gérer le plus efficacement possible la douleur pré, per et post opératoire et afin de diminuer les doses utilisées. Lors d’ovariohystérectomie réalisée sur une chienne, il est possible de diminuer les doses utilisées de morphine entre 0,2 et 0,3 mg/kg, à partir du moment où son utilisation est combinée, en simultanée, avec d’autres molécules comme de la dexmédétomidine ou du maropitant. L’analgésie obtenue est alors équivalente ou supérieure à celle obtenue avec de la morphine, utilisée seule et à plus forte dose (0,6mg/kg).

Accès à l’article complet original (anglais) : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33950785/

Le plus CAPdouleur : 

Pour faciliter la mise en place de cette analgésie multimodale, n’hésitez pas à consulter les fiches conseils de chacune de ces molécules dans la Wiki-analgésie, disponible en ligne, pour les adhérents, sur le site du réseau CAPdouleur.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Retour haut de page