LA DOULEUR DES INSUFFISANTS CARDIAQUES
Gérard Le Bobinnec

9 février 2021

LA DOULEUR DES INSUFFISANTS CARDIAQUES

Docteur Gérard LE BOBINNEC
Diplomate ECVIM – Cardiology

– DVM (Toulouse, 1974)

– Diplomate ECVIM-Cardiology (1995), validé en France (« Spécialiste en Cardiologie) en 2009

– Chargé de cours et de clinique à l’Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes  (1986-1997)

– Past-president de la Société Européenne de Cardiologie Vétérinaire (ESVC)

– Auteur de 60 publications et 200 communications dont 5 congrès ACVIM

– Auteur ou co-auteur de 4 livres, dont le chapitre « Arrhythmias » du « Internal Medicine »  de Steve Ettinger (5ème édition)

Longtemps occultée voire niée en médecine humaine, la douleur chez l’insuffisant cardiaque est désormais parfaitement validée depuis une vingtaine d’années, mais en revanche elle demeure totalement méconnue en médecine des carnivores, certains confrères continuant même à prétendre qu’elle n’existe pas, « circulez, y’a rien à voir »…
La nouvelle définition de la douleur (« Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à – ou ressemblant à – celle associée à des lésions tissulaires réelles ou potentielles », Internationnal study of pain, 2020) devrait pourtant les amener à réfléchir, puisque les non-communiquants sont désormais impliqués dans cette récente remise au point.

Donc, dans le souci permanent de faire de l’« evidence based medicine » ( en post-brexit, « la médecine par les preuves ») nous allons synthétiser les publications de cardiologie humaine prouvant cette souffrance, puis les corréler aux quelques preuves similaires existant en cardiologie vétérinaire, afin de démontrer l’évidence : l’insuffisant cardiaque symptômatique – chien ou chat – souffre lui aussi.

Retour haut de page