L’arthrose du chat, état des connaissances et étude expérimentale d’une nouvelle approche diagnostique

23 mars 2021

L'ARTHROSE DU CHAT, ETAT DES CONNAISSANCES ET ETUDE EXPERIMENTALE D’UNE NOUVELLE APPROCHE DIAGNOSTIQUE

Thèse vétérinaire n°52 VETAGRO SUP (LYON), soutenue par Alexandre HUMBERT, en 2020

Lien thèse : http://www2.vetagro-sup.fr/bib/fondoc/th_sout/dl.php?file=2020lyon052.pdf


RÉSUMÉ

L’arthrose est une maladie dégénérative de l’organe articulaire, caractérisée cliniquement par une douleur chronique et une perte de fonction. Sa prévalence est très élevée dans l’espèce féline, mais la connaissance de sa physiopathologie est encore lacunaire. L’arthrose repose sur des phénomènes inflammatoires auto-aggravants. Les facteurs de risque principaux sont l’âge et l’obésité.

Le diagnostic d’arthrose est complexe en raison de la multiplicité des phénotypes arthrosiques, qui représentent un continuum. De nouvelles méthodes de détection de l’arthrose sont donc développées, comme l’emploi de questionnaires multiparamétriques. Ces derniers permettent également de sensibiliser les propriétaires à cette maladie, ce qui augmente les chances de la détecter.

Notre travail expérimental s’est intéressé aux fréquences d’oscillations du Centre de Pression du chat, méthode diagnostique d’arthrose validée dans d’autres espèces. Cette étude est une preuve de concept, permettant d’acquérir des résultats chez la grande majorité des individus, et de discriminer deux groupes en fonction de l’âge. Toutefois, nous n’avons pas pu robustement évaluer la reproductibilité. Nos travaux montrent cependant une importante variabilité interindividuelle, faisant envisager son utilisation comme outil de suivi plus que diagnostique.

Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement curatif de l’arthrose. L’importance des effets secondaires et contre-indications des traitements actuels motive le développement de nouvelles stratégies. Cependant, l’application clinique est souvent soit lointaine, soit décevante. Les considérations globales, prenant en compte le poids et l’état psychologique de l’animal ont également une très grande importance dans la gestion de la douleur chronique, et donc de la phase clinique arthrosique.

Logo Capdouleur

Le contenu de cette page est réservé aux membres CAPdouleur.

Partager l’article pour accéder au contenu.

Retour haut de page