Utilisation du collagène de type II non dénaturé (UC-II) pour la santé et les atteintes articulaires : un examen des connaissances actuelles sur les animaux de compagnie

16 mars 2021

Utilisation du collagène de type II non dénaturé (UC-II) pour la santé et les atteintes articulaires : un examen des connaissances actuelles sur les animaux de compagnie

Undenatured Type II Collagen (UC-II) in Joint Health and Disease: A Review on the Current Knowledge of Companion Animals, Hasan Gencoglu, Cemal Orhan, Emre Sahin and Kazim Sahin, Animals 2020, MDPI, 10, 697, 17 April 2020, traduction et interprétation Amandine Bouvier


Introduction

L’arthrose, maladie articulaire la plus courante chez les humains et les animaux, est une maladie douloureuse, dégénérative et inflammatoire qui affecte les articulations synoviales et entraîne progressivement une perte de mobilité. Des approches préventives non pharmacologiques, plusieurs agents thérapeutiques, pharmaceutiques et certains médicaments peuvent réduire la progression de l’arthrose chez les animaux. De nombreuses études cliniques et expérimentales ont révélé que la forme non dénaturée de collagène de type II (UC-II) offre des avantages communs pour la santé des patients souffrant d’arthrose. Cet article résume les effets de l’UC-II lorsqu’il est utilisé chez des animaux de compagnie souffrant d’arthrose.

 

A retenir

La forme non dénaturée de collagène de type II représente un complément alimentaire, sûr et efficace, dans le soulagement des douleurs liées aux atteintes articulaires, chez les animaux de compagnie. Il peut, notamment, être utilisé seul, ou comme traitement adjuvant avec des médicaments, dans la prise en charge de l’arthrose. Son action bénéfique sur la mobilité joue un rôle important dans l’amélioration de la qualité de vie des animaux arthrosiques.
Chez le chien, même à des doses plus faibles, le collagène de type II non dénaturé semble être plus efficace que les suppléments de glucosamine et de sulfate de chondroïtine, très fréquemment utilisés sur le marché.
Chez le chat, ce nouveau complément alimentaire, à une dose de 10mg/jour semble être correctement pris et toléré.


Accès à l’article complet original (anglais) : https://www.mdpi.com/2076-2615/10/4/697

Retour haut de page