Utilisation des endocannabinoïdes circulants comme marqueurs diagnostiques des entéropathies chroniques canines : une étude pilote

17 juin 2021

Utilisation des endocannabinoïdes circulants comme marqueurs diagnostiques des entéropathies chroniques canines : une étude pilote

Circulating Endocannabinoids as Diagnostic Markers of Canine Chronic Enteropathies: a Pilot Study, Elettra Febo, Paolo E. Crisi, Sergio Oddi, Marco Pietra, Giorgia Galiazzo, Fabiana Piscitelli, Alessandro Gramenzi, Roberta Di Prinzio, Morena Di Tommaso, Nicola Bernabò, Tiziana Bisogno, Mauro Maccarrone and Andrea Boari, Frontiers in Veterinary Science, 4 May 2021, traduction et interprétation Amandine Bouvier

 

Introduction

Les entéropathies chroniques chez les chiens sont souvent longues et couteuses à diagnostiquer. Actuellement aucun marqueur non invasif, ayant une sensibilité et une spécificité élevées, ne sont disponibles pour diagnostiquer et classer ces atteintes digestives chroniques. Cette étude a tenté d’évaluer si les niveaux d’endocannabinoïdes circulants dans le plasma pourraient représenter des marqueurs diagnostiques potentiels d’entéropathies chroniques chez les chiens.

Résumé

Objectif : Les entéropathies chroniques (EC) chez le chien sont classées en entéropathies sensibles aux aliments (FRE), sensibles aux antibiotiques (ARE) et sensibles aux immunosuppresseurs (IRE), selon la réponse au traitement à des essais consécutifs. En plus de cette classification, les chiens présentant une perte de protéines dans l’intestin sont regroupés en entéropathies par perte de protéines (PLE). À l’heure actuelle, le diagnostic des EC est long, coûteux et parfois invasif, également parce que des biomarqueurs non invasifs avec une sensibilité et une spécificité élevées ne sont pas encore disponibles. Par conséquent, cette étude visait à évaluer les niveaux d’endocannabinoïdes circulants dans le plasma en tant que marqueurs diagnostiques potentiels des EC canins.

Méthode :

Les entéropathies chroniques (EC) chez le chien sont classées en entéropathies sensibles aux aliments (FRE), sensibles aux antibiotiques (ARE) et sensibles aux immunosuppresseurs (IRE), selon la réponse au traitement à des essais consécutifs. En plus de cette classification, les chiens présentant une perte de protéines dans l’intestin sont regroupés en entéropathies par perte de protéines (PLE). À l’heure actuelle, le diagnostic des EC est long, coûteux et parfois invasif, également parce que des biomarqueurs non invasifs avec une sensibilité et une spécificité élevées ne sont pas encore disponibles. Par conséquent, cette étude visait à évaluer les niveaux d’endocannabinoïdes circulants dans le plasma en tant que marqueurs diagnostiques potentiels des EC canins.

Résultats :

Les taux plasmatiques de 2-AG (p = 0,001) et de PEA (p = 0,008) ont augmenté chez les chiens EC par rapport aux chiens sains. En particulier, les niveaux de PEA étaient augmentés dans le groupe FRE par rapport aux chiens sains (p = 0,04), tandis que le 2-AG était plus élevé dans l’IRE que chez les chiens sains (p = 0,0001). Les chiens affectés par FRE ont également montré une diminution du 2-AG (p = 0,0001) et une augmentation des niveaux d’OEA (p = 0,0018) par rapport aux chiens IRE. De plus, les chiens atteints de PLE ont montré une augmentation du 2-AG (p = 0,033) et une diminution des niveaux d’AEA (p = 0,035), d’OEA (p = 0,016) et de PEA (p = 0,023), par rapport aux chiens affectés par les EC sans perte de protéines. Les aires sous les courbes ROC pour le 2-AG circulant (0,91 ; intervalle de confiance [IC] à 95%, 0,79 à 1,03) et l’OEA (0,81 ; IC à 95%, 0,65 à 0,97) ont montré une bonne précision pour distinguer les différentes formes d’EC sous (FRE, ARE et IRE), lors de la première visite.

Conclusion :

La présente étude a démontré que la signalisation endocannabinoïde est altérée dans les entéropathies chroniques canines et que les sous-types d’entéropathies chroniques ont montré des profils distincts de niveaux plasmatiques de 2-AG, PEA et OEA, suggérant que ces lipides bioactifs circulants pourraient potentiellement devenir des biomarqueurs candidats pour les entéropathies chroniques canines.

A retenir

L’utilisation des endocannabinoïdes comme biomarqueurs pour diagnostiquer les entéropathies chroniques chez le chien semble une possibilité à explorer. Ils pourraient notamment permettre de classer ces atteintes digestives en fonction des sous-types d’entéropathies chroniques possibles et ainsi d’accélérer le diagnostic et la prise en charge médicale de ces atteintes digestives chroniques chez le chien.

Accès à l’article complet original (anglais) : https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fvets.2021.655311/full

Le plus CAPdouleur : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Retour haut de page