Les effets biologiques du zolédronate sur les os chez les chiens en bonne santé et les chiens avec ostéolyse maligne

1 juin 2021

Les effets biologiques osseux du zolédronate chez les chiens en bonne santé et les chiens avec ostéolyse maligne

The Bone Biologic Effects of Zoledronate in Healthy Dogs and Dogs with Malignant Osteolysis, T.M. Fan, L.P. de Lorimier, L.D. Garrett, and H.I. Lacoste, Journal Vet Intern Med, 22, 380-387, 2008, traduction et interprétation Amandine Bouvier

Introduction

L’ostéolyse maligne est un processus par lequel les cellules cancéreuses, en association avec les ostéoclastes, érodent la matrice osseuse. Les amino-bisphosphonates (NBP), tels que le zolédronate, induisent l’apoptose des ostéoclastes et diminuent ainsi la destruction squelettique maligne, la sévérité de la douleur osseuse et la fréquence des fractures pathologiques. Une étude, réalisée sur 26 chiens, a tenté d’étudier l’action du zolédronate sur des chiens en bonne santé et des chiens diagnostiqués avec des tumeurs osseuses primaires et secondaires.

Résumé

Contexte : L’ostéolyse maligne est un processus par lequel les cellules cancéreuses, en association avec les ostéoclastes, érodent la matrice osseuse. Les amino-bisphosphonates (NBP), tels que le zolédronate, induisent l’apoptose des ostéoclastes et diminuent ainsi la destruction squelettique maligne, la sévérité de la douleur osseuse et la fréquence des fractures pathologiques.

Hypothèse : Le zolédronate, administré par voie intraveineuse (IV), réduira le remodelage osseux homéostatique chez les chiens en bonne santé et la résorption osseuse pathologique chez les chiens diagnostiqués avec des tumeurs osseuses primaires et secondaires

Animaux : Six chiens en bonne santé et 20 chiens atteints de tumeurs osseuses primaires ou métastatiques d’origine naturelle ont reçu du zolédronate en IV.

Méthode : Étude prospective : chez tous les chiens, ceux en bonne santé (n=6) et ceux atteints d’ostéolyse maligne (n=20), les effets biologiques osseux du zolédronate ont été évalués en quantifiant les modifications du C-télopeptide sérique (CTx) ou du N-télopeptide urinaire (NTx) ou les deux. Chez les chiens atteints d’ostéosarcome (OSA) (n=10), des modifications en série de la densité minérale osseuse relative de la tumeur (rBMD), évaluées par ostéodensitométrie à rayons X, à double énergie, ont été utilisées pour caractériser les effets anti-résorptifs du zolédronate dans le microenvironnement tumoral immédiat. De plus, la tolérabilité biochimique du zolédronate a été évaluée chez 9 chiens recevant plusieurs (> ou = à 2) traitements consécutifs.

Résultats : Tous les chiens ont présenté des réductions significatives des concentrations sériques de CTx ou de NTx urinaire, ou les deux, après l’administration de zolédronate. Dans un sous-ensemble de chiens atteints d’OSA appendiculaire, une réduction des concentrations de NTx dans l’urine et une augmentation de la rBMD de la tumeur primaire a coïncidé avec une amélioration de l’utilisation des membres, comme rapporté par les propriétaires d’animaux de compagnie chez les chiens traités avec du zolédronate et des analgésiques oraux concomitants. Des perfusions multiples de zolédronate n’ont pas été associées à des preuves biochimiques de toxicose.

Conclusion et pertinence clinique : Chez les chiens atteints de néoplasmes squelettiques, le zolédronate, administré par voie intraveineuse, exerce des effets biologiques sur les os, semble sûr et peut soulager la douleur.

A retenir

L’administration intraveineuse de zolédronate à des chiens atteints de néoplasies squelettiques exerce des effets biologiques sur les os, avec une diminution de la tumeur primaire et semble avoir une action réductrice sur la douleur de l’animal. Son utilisation, en association avec des analgésiques oraux, permet notamment d’améliorer l’utilisation des membres des chiens atteints de néoplasie squelettiques. L’innocuité du zolédronate, aux doses de l’étude, a été confirmée.

Accès à l’article complet original (anglais) : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1939-1676.2008.0046.x

L’avis CAPdouleur :

D’après David SAYAG de ONCOnseil*, l’acide zoledronique (ZOMETA 4 mg) peut être administré, par voie intraveineuse, à la dose de 0,25mg/kg, avec au maximum 4 mg, sur 15 minutes.

Le traitement est très bien toléré, avec aucun effet secondaire grave rapporté par ONCOnseil. Des nécroses de la mandibule sont cependant rapportées en plus d’un risque d’IRA et d’hypocalcémie. Un contrôle de la créatinine et du calcium sont donc indispensables avant la première administration.

Le traitement est à renouveler toutes les 4 semaines. 

Le ZOMETA 4mg est disponible en officine de ville, sur simple prescription. 

* ONCOnseil est une unité d’expertise en oncologie vétérinaire

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Retour haut de page