Morsure et griffures de chat dans le cadre de l’exercice de la médecine vétérinaire à l’école nationale vétérinaire d’alfort ; intérêt des techniques respectueuses du bien-être animal

24 mars 2021

MORSURES ET GRIFFURES DE CHAT DANS LE CADRE DE L’EXERCICE DE LA MÉDECINE VÉTÉRINAIRE À L’ÉCOLE NATIONALE VÉTÉRINAIRE D’ALFORT ; INTÉRÊT DES TECHNIQUES RESPECTUEUSES DU BIEN-ÊTRE ANIMAL

Thèse vétérinaire ENVA (Maison Alfort), soutenue par Elodie ANDRE, en 2020

Lien thèse : https://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=4088

Résumé

Parmi les accidents du travail subis par la profession vétérinaire, les morsures et griffures de chat se démarquent par leur fréquence et leur gravité, notamment liées au risque infectieux élevé. L’École nationale vétérinaire d’Alfort doit faire face à la problématique de mise en sécurité de ses étudiants, le nombre de griffures et de morsures de chat au sein de son hôpital, le Centre Hospitalier Universitaire Vétérinaire d’Alfort, étant élevé.

Une nouvelle formation, à l’aide d’ateliers pédagogiques, a été mise en place à la rentrée 2019, suite au travail de thèse vétérinaire du Docteur Lardenois, dans le but de proposer des méthodes de contention respectueuses du bien-être animal en consultation et de réduire aussi de ce fait le risque d’agression par les chats. Afin d’évaluer l’intérêt pédagogique de ces nouveaux ateliers, deux groupes d’étudiants de troisième année, l’un ayant réalisé ces ateliers et l’autre non, ont été comparés lors de la réalisation d’un examen clinique simplifié sur un chat et par le biais de questionnaires, pour analyser leurs connaissances théoriques concernant l’abord du chat. Mis à part pour l’acte de mise sur le dos, aucune différence significative n’a été relevée entre les deux groupes d’étudiants. Les étudiants ayant réalisé les ateliers n’ont pas réussi à mettre en pratique l’ensemble des enseignements délivrés.

Lors de la comparaison des étudiants ayant mis en pratique les techniques préconisées par les ateliers avec étudiants n’ayant pas utilisé ces méthodes, il a été mis en évidence que les chats manipulés étaient davantage détendus et présentaient moins de signes de stress. De plus, lors de la manipulation d’un chat au tempérament agressif, le nombre de tentatives de morsure était significativement plus bas.

Les ateliers proposés aux étudiants présentent des techniques, qui, lorsqu’elles sont mises en application, permettent d’améliorer significativement le bien-être des chats lors d’un examen clinique et ainsi de réduire le risque d’agression. En pratiquant davantage les ateliers, les étudiants pourraient réussir à mettre en place les conseils donnés lors d’une consultation.

Logo Capdouleur

Le contenu de cette page est réservé aux membres CAPdouleur.

Partager l’article pour accéder au contenu.

Retour haut de page