Intérêts des CSOM pour l'évaluation du chat douloureux

12 juillet 2021

Intérêts des CSOM pour l'évaluation du chat douloureux

Le chat a souvent une expression frustre et/ou masquée de ses douleurs chroniques, prêtant aussi à la confusion avec les signes de l’âge.

Les signes fonctionnels des douleurs arthrosiques sont dominés par l’aptitude à sauter normalement en hauteur ou pour descendre, l’aptitude à monter ou descendre les escaliers, l’aptitude à courir, jouer ou maintenir une activité de prédation.

Les boiteries ne sont pas considérées comme des signes suffisamment évocateurs : moins de 17% des chats arthrosiques boitent en raison d’une atteinte pluriarticulaire préferentielle et de facultés adaptatives musculaires et posturales avantageuses.

La qualité de la douleur est renseignée par le propriétaire avec l’aide du vétérinaire : décharges électriques, hyperalgésie, allodynie, activités substitutives …

Les perturbations émotionnelles sont à l’origine de changements comportementaux : anxiété, états dépressifs, irritabilité, agressivité, dyssomnies, altérations des relations sociales.

Certaines grilles multiparamétriques comme la FMPI (Feline Musculoskeletal Pain Index) ont été développées et validées :  toutefois elles ne sont pas utilisées par les vétérinaires praticiens et ont l’inconvénient d’imposer une liste fastidieuse d’items trop orientés sur la composante fonctionnelle de la douleur et souvent éloignés de la qualité de la douleur et de ses composantes émotionnelles et comportementales.

Les CSOM (Client Specific Outcome Measures) répondent aux spécificités individuelles des douleurs chroniques et cumulent des avantages décisifs :

  • Renforcement de l’image du chat douloureux qui a ses propres douleurs
  • Utilisation possible hors champ d’application des douleurs arthrosiques : CGSF, douleurs cancéreuses ou viscérales …
  • Appropriation par les détenteurs de chats et autonomie dans les pratiques évaluatives
  • Remplissage aisé, archivage et interprétation dans le cadre d’un suivi à long terme grâce à la numérisation de cet outil
  • Outil remarquable d’observance et d’alliance thérapeutique
Application CSOM

La 1ère évaluation est réalisée à la clinique sur la plateforme CAPdouleur dans le prolongement de la médecine narrative : le vétérinaire échange avec le propriétaire pour définir la liste des critères à suivre. Ensemble, ils sélectionnent les activités perturbées, la qualité de la douleur observée et les troubles émotionnels à l’origine des changements de comportements.


Une fois les items sélectionnés et précisés, les propriétaires sont invités à évaluer le degré de difficulté à effectuer ces activités ou la fréquence des modifications de comportement au cours de la dernière semaine.

Pour évaluer la difficulté à réaliser une activité, le choix doit se faire parmi les choix suivants :

0 : aucune difficulté

1 : légère difficulté (détectée uniquement par le propriétaire)

2 : difficulté modérée (observée aussi par les visiteurs)

3 : difficulté sévère (évidente)

4 : difficulté très sévère ou activité impossible

Pour évaluer une modification de comportement, le choix doit se faire parmi les choix suivants :

0 : jamais

1 : rarement (par exemple 1 ou 2 fois par mois)

2 : parfois (par exemple 1 ou 2 fois par semaine)

3 : souvent (par exemple 1 ou 2 fois par jour)

4 : très souvent (par exemple plus de 3 fois par jour)

 

Calcul du score global et suivi

Le score CSOM est alors l’addition des scores pour les 3 items.

Le score CSOM est calculé à chaque nouvelle étape du parcours de soins du chat douloureux douloureux. Il permet ainsi de contrôler l’efficacité du projet thérapeutique et de suivre sur le long terme les ajustements nécessaires à la progression de l’affection chronique douloureuse.

Exemple de suivi d’un chat douloureux arthrosique pris en charge par des injections mensuelles d’anticorps monoclonaux frunévetmab Solensia.

Les critères suivis sont : Sauter en hauteur, allodynie et état dépressif. Les valeurs du score CSOM total sont de 11 à J0, 3 à J6, 1 à J13 J56 et J83, 0 à J23

Retour haut de page